Une journée normale en onco-hémato

Je suis le genre de meuf qui programme au moins 3 réveils et qui les snooze tous, jusqu’à ne plus les entendre et se lever 1heure en retard.
Ce fut bien évidemment le cas hier. Une douche et zéro café plus tard, je suis arrivée devant la chambre et Andréa avait déjà sonné. J’ai toqué pour lui montrer que j’étais là et elle pleurait sa mère, parce qu’elle avait fait tomber sa lampe torche Oui-Oui reçue dans un magazine emballé. Je me suis vite préparée pour aller lui ramasser et lui désinfecter. Je lui donne en lui disant « bonjour mon cœur ! » Et espérant avoir un bisou mais je me fais juste refouler : « aïeuh me touche pas ! ».

J’vous jure l’adolescence à 2 ans et demi c’est chaud.

Je me suis tapé Dora et Babouche (enfin les épisodes hein), pendant qu’Andréa sirotait 2 briques de lait entier ( à la base je suis pour la réduction des PLV mais bon, on a des circonstances atténuantes). J’ai eu le droit de m’assoir sur le fauteuil mais pas sur son lit, parce que c’est son lit à elle !
J’ai ensuite négocié pour aller faire le bain et surtout pour lui donner le médicament qu’elle doit prendre 3 fois par semaine, le seul qui ne passe pas dans le cathé. Pour cela j’ai du me taper les Totally Spice sur Gully (en vrai les Totally Spice c’est pas mal non ?). Une fois Andréa toute propre, la prof de sport est venue avec 3 cerceaux pour la faire bouger. Ça a marché puisqu’elle a vomi ses briques de lait et son médoc durement négocié contre les Totally Spice.
Du coup on a fait cool avant le repas qu’elle a engouffré ❤ .

Ensuite j’ai commencé à négocier (encore) pour pouvoir aller manger moi. Mais je vous ai dit que je suis nulle en négociation ? (Vous parlez à la meuf qui achète un truc sur Leboncoin au prix affiché, vous voyez le genre …) Donc en fait, je suis allée manger mes spaghettis au pesto à 15:50. Merci l’infirmière qui a gentiment pris le relais pour que je puisse m’éclipser (et qui a dû -moins gentiment- redonner le médoc vomi un peu plus tôt). En me préparant mes spaghettis je lui ai fait des penne-crème-brocolis (cette enfant adore le brocolis) (le munster et le boudin aussi, mais pas les glaces) pour le repas du soir, en bonne mère soucieuse de l’alimentation de sa descendance (ça change des pâtes au gruyère du plateau de l’hôpital).

Je lui avais promis des Tuc (oui oui, je me soucie de son alimentation j’ai dit) mais en revenant, à la cafèt y avait grave du monde donc je suis montée sans acheter les Tuc #mèreindigne. Arrivée devant sa chambre, elle dort. Du coup je rentre pour lui faire un bisou masqué (elle dort, j’en profite), et je redescends lui acheter ses Tucs.

 

Au passage y a le petit H. qui pleure parce que sa maman vient de partir en le mettant devant Peppa Pig sur l’ordi du service. Je la croise devant l’ascenseur, elle est au téléphone et raconte « ah mais la psy là elle me demande pour combien de temps j’en ai, moi exprès je prends tout mon temps si ça se trouve je reviens plus aujourd’hui non mais oh! ». Je lui ai rien dit. Je le regrette. Mais … c’est pas vraiment mes affaires, si ?

 

Quand je remonte, Andréa s’est réveillée, l’auxiliaire puériculture me dit « elle est mal réveillée, je lui ai pris la tension mais ça l’a énervée, elle m’a dit qu’elle voulait pas me parler mais quand je suis partie elle m’a dit qu’elle voulait pas être toute seule. Elle vous attend ». Oui, oui, je connais ma fille elle a un caractère de cochon, désolée… Je me dépêche pour aller la retrouver pour ne plus qu’elle soit seule donc. Dans la chambre, on ouvre ensemble ses Tucs. Elle veut le faire seule mais s’énerve parce que c’est un peu difficile cette ouverture facile quoi (je vous ai dit qu’elle a un caractère de cochon ?). Donc je mets ses petits doigts comme il faut et l’aide à tirer sur le paquet.  Elle en mange le quart d’un (mais les paquets de un Tuc ça n’existe pas), puis on fait des crêpes en pâte à modeler. Quand c’est l’heure du plateau elle me dit qu’elle veut manger les pâtes de l’hôpital, pas les brocolis de sa mère. Au final non, elle veut quand même les brocolis. (Mais elle n’a mangé que les pâtes de sa mère. Ben oui y avait de la crème.)

 

Entre temps on a dansé sur Coco Câline (je suis deg, Julien Doré a même pas daigné la féliciter pour cette superbe danse). On a aussi ajouté des lignes à sa liste de choses à faire à la sortie de l’hôpital. On a fait un peu de coloriage mais vous me croyez si je vous dis qu’elle s’est stoppée net, vénère, parce qu’elle avait dépassé ?

 

Et pour finir la journée télévisuelle je me suis tapée Maya l’abeille sur YouTube kids. J’vous préviens les notifs Instagram qui apparaissent en haut de l’écran, ça l’énerve grave. ❤️

Publié dans: LAM

4 réflexions sur “Une journée normale en onco-hémato

  1. Anastasia dit :

    Coucou.
    Juste un petit mot pour te dire que j’adore vraiment ta façon d’écrire et c’est toujours avec autant d’émotion que je te lis. Bon courage à vous et surtout gros bisous à ta princesse.

    Aimé par 1 personne

  2. FOHRER dit :

    Chère Alicia,
    J’ai adoré cet article. Il m’a fait sourire et en même temps m’a beaucoup touché.
    J’ai hâte de lire la suite et surtout le récit de choses que vous avez noté sur la « liste des choses à faire ». Par mes pensées je vous envoie plein de belles choses aussi.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s