Libérée, délivrée

Il était facile ce titre.

Andréa ne chante que ça, innocemment, tout au long de la journée. Et moi, je pense à cette relative liberté. Cette liberté douce. Cette liberté dure. Cette liberté retrouvée, cette liberté contraignante. Cette liberté innocente et angoissante. Cette liberté conditionnelle.

Ah, les conditions. Tu peux sortir mais avec le masque. Tu peux manger des tomates cerises si elles sont bien baignées dans de l’eau et du vinaigre blanc avant. Tu peux faire la grasse mat mais tu te réveilleras pour prendre ton anti-rejet. Tu peux, à l’occasion, prendre un caillou en main mais il faudra te les désinfecter après. Tu peux voir des enfants mais un par un et que s’il n’a pas eu de bouton, de mal de ventre, de fièvre, le nez qui coule dans les 48h. Tu peux aller dans un magasin mais pendant les heures creuses. Tu peux aller dehors mais pas au soleil. Tu peux …

Avant, c’était l’hôpital qui gérait. Maintenant plus.

Imposer des conditions aux autres pour le bien être de sa fille, c’est indispensable mais aussi égoïste. Dire non à sa fille quand elle veut profiter de trucs d’enfants, c’est nécessaire mais culpabilisant. Désinfecter tout ce qui est susceptible d’être sale, c’est devenu un réflexe, ou peut-être un trouble. Répéter inlassablement que non, tout n’est pas encore redevenu normal, c’est anecdotique mais tellement fatigant.

Tout ça est usant. Culpabilisant. Angoissant. Obsessionnel.

Ça ronge. Ça épuise.

Y a autre chose après ?

Publié dans: LAM

7 réflexions sur “Libérée, délivrée

  1. Lucie dit :

    Mais oui Alicia il y a autre chose ! En te lisant je le revois 3 ans en arrière mais aujourd’hui on ne fait plus attention à (presque) rien. (Presque car Luca a gardé qq séquelles dû à ses nombreuses complications)
    Mais dis toi que tout ça sera bientôt derrière vous !
    Bises

    Aimé par 1 personne

  2. Aude dit :

    Bien sûr qu’il y a un apres. Pour le moment c’est tout récent il faut la préserver.
    C’est tellement bien d’être sortie déjà de l’univers de l’hôpital. Petit a petit les barrières partiront une a une j’en suis certaine. Prenez soin de vous

    Aimé par 1 personne

  3. Babybloguinette dit :

    Je me dis la même chose mais finalement j’ai « intégré » les contraintes, j’essaye de les rendre « normales ». Jessaye de ne pas stresser qd ils se sautent dessus entre frères ou font tout ce quils ne faudrait pas (vive la vigilance et le desinfectant derriere..) Mais clairement oui c’est stressant que tout repose sur nous, j’ai tout le temps peur de mal faire… elle a le masque pour sortir ta fille? Nous uniquement pour aller à lhopital. Elle a toujours son cathéter?
    Bisous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s